Des secousses sismiques imputées à un forage de gaz de schiste en Angleterre

Leave a comment
Des secousses sismiques imputées à un forage de gaz de schiste en Angleterre


Des opérations de forage utilisant la technique de fracturation hydraulique sont très probablement à l’origine de secousses telluriques de 2,3 et 1,5 sur l’échelle de Richter ayant touché la région de Lancashire les 1er avril et 27 mai 2011. C’est la conclusion de l’étude, menée par une commission d’experts européens et publiée le 2 novembre par la presse britannique.

Si le gaz de schiste est, selon le centre d’études IHS-CERA, voué à accroître considérablement les approvisionnements énergétiques européens et mondiaux, les méthodes d’extraction employées suscitent de nombreuses controverses au sujet de leurs impacts sur les nappes phréatiques.

Jusqu’à présent, la technique fracturation hydraulique, interdite en France, souffre d’une absence de réglementation dans de nombreux pays en matière de traitement des eaux usées issues des extractions de gaz de schiste. Pour rappel, la fracturation hydraulique est une technique controversée qui consiste à fracturer la roche en grande profondeur avec un mélange d’eau, de sédiments et de produits chimiques projeté à haute pression, le tout afin de libérer les hydrocarbures.

Le 1er avril, une faible secousse d’une magnitude de 2.3 sur l’échelle de Richter avait été enregistrée autour d’un site de forage proche de la ville côtière de Blackpool. Le 27 mai, une seconde secousse de 1.4, certes plus faible mais tout aussi inquiétante, avait poussé les élus locaux et les organisations de défense de l’environnement à relancer la polémique sur la technique de fracturation hydraulique utilisée dans les gisements de la région, sous l’égide de la société Cuadrilla. Sous pression, la compagnie avait alors commandé un rapport d’experts sur la question, après consultation avec le ministère britannique de l’énergie.

L’étude semble confirmer les inquiétudes précédemment évoquées. En effet, «Il est hautement probable que les opérations de fracturation menées par la société britannique Cuadrila aient provoqué les réactions sismiques constatées, en raison d’une combinaison de facteurs liés à la nature géologique du site et à la pression exercée par l’eau injectée sous terre».

Même si le rapport tempère en précisant que «la conjonction de caractéristiques géologiques spécifiques à ce site est rare et ne devrait pas se reproduire à l’avenir sur d’autres puits», de nombreux manifestants ont bloqué le site de forage près de Blackpool le mercredi 2 novembre.

Au cours de l’année 2011, les extractions des champs de gaz naturel ont chuté d’un quart en mer du Nord, alimentant l’inquiétude des britanniques. En effet, il convient de rappeler que le gaz de schiste, est devenu économiquement intéressant à exploiter depuis le renchérissement du prix du gaz conventionnel, indexé sur le cours du pétrole.

Laisser un commentaire