Fillon au Bugey pour soutenir le nucléaire

Leave a comment
bilan-carbone-france-nucleaire

N’en déplaise aux anti-nucléaire, la France ne compte pas jeter son industrie avec l’eau du bain de Fukushima. Lors d’une visite à la centrale du Bugey (Ain), François Fillon a réaffirmé que la France « assumait son choix du nucléaire ».

Bien entendu, le premier ministre n’a pas oublié de préciser que «la sûreté (était) la priorité des priorités». Cet engagement du gouvernement se matérialise par les tests actuellement menés en France sur les centrales nucléaires. L’électricien français EDF va d’ailleurs remettre sa copie d’ici une quinzaine de jours. L’ASN évaluera ensuite, d’ici à décembre, les informations sur la résistance des centrales aux séismes et inondations extrêmes.

Mais la visite de la centrale du Buget était aussi l’occasion pour François Fillon d’exprimer son soutien à la filière nucléaire française. En effet, celle-ci bénéficie d’« une avance technologique et une maîtrise internationalement reconnue » a-t-il expliqué. La hausse des prix des matières premières et l’engagement de la France à lutter contre le changement climatique justifient d’ailleurs le choix français du nucléaire.

Même si Fukushima a « rappelé de façon dramatique qu’on ne transige pas avec la sûreté nucléaire », la réponse réside dans la sûreté et surtout pas dans la sortie de l’atome.

Indéniablement, la sûreté et la qualité ont un prix, ce qu’a rappelé Henri Proglio, le président d’EDF, en affirmant qu’il serait «naturel» que le prix auquel EDF vend une partie de son courant à ses concurrents (tarif Arenh) augmente jusqu’à 46 euros le mégawattheure alors que les pouvoirs publics l’ont fixé à 42 euros au 1er janvier 2012.

 

Laisser un commentaire