Mauritanie: la France au secours du secteur électrique

1 comment
dov-zerah

Souvent sujette à des coupures d’électricité, la Mauritanie a sollicité l’aide de la France afin de restructurer son secteur électrique. L’Agence Française de Développement a ainsi accordé un prêt de 45 millions d’euros pour aider la Société mauritanienne d’électricité.

Cet appui financier fait suite à la reconnaissance par l’agence dirigée par Dov Zerah des difficultés rencontrées depuis plusieurs années par le secteur de l’électricité en Mauritanie, difficultés dues aux prix des produits pétroliers mais également à des facteurs endogènes.

En Mauritanie, la production et la distribution de l’électricité sont le monopole de la Société mauritanienne d’électricité (Somelec). La production repose essentiellement sur des centrales électriques au pétrole et Diesel, et 22% de l’électricité est importé de la centrale hydroélectrique de Manantali au Mali.

Il y a trois ans, les coûts élevés des carburants fossiles et le vieillissement des équipements de la centrale principale de Nouakchott avaient entraîné des coupures d’électricité, durant l’été, là où la demande est traditionnellement élevée.

Ce prêt devrait permettre à la Somelec permettre à l’entreprise de renflouer sa trésorerie durant deux ans, de rechercher des groupes électrogènes neufs et/ou faire l’acquisition d’une autre forme d’énergie de substitution moins onéreuse comme le gaz dont un important gisement a été découvert en offshore sur les côtes atlantiques mauritaniennes.

 

Commentaire

  1. Avec quelle simplicité il est évoqué par ce responsable de l’AFD, le seul usage de gaz ou de renouvellement de groupes Fuel ou Diesel quand la richesse de la Mauritanie est dans le Vent, le Soleil et la Géothermie. En partie déjà dans l’Hydraulien depuis le Sénégal.
    Quand on veut se remettre à niveau, quelque soit le domaine (Médical, Automobile, Aéronautique, Energie, etc.) on ne refait pas le chemin des autres, on va directement au modernisme; c’est à dire vers les Energies Renouvelables. Sinon pourquoi ne pas leur proposer des centrales nucléaires d’occasion pendant qu’on y est?!

    Daniel Christian

Laisser un commentaire